Il est bon de commencer ce blog par ma présentation. Je suis une femme la trentaine ayant la chance d'avoir pour métier une passion créative.

J'ai décidé d'ouvrir ce blog car depuis peu ma vie bascule. J'ai compris récemment que vu que je n'en parlais pas beaucoup avec mon entourage. L'écrire pourrait être une façon de me soulager d'un poids qui est aussi important que les symptômes.

Il y a un an, après un choc suite à un problème familial, j'ai basculé dans un état d'asthénie important. J'avais sans cesse envie et surtout besoin de dormir.

Rien de grave allez vous me dire? Non, de la fatigue. Sans doute la répercution du choc qui se faisait sur moi. Etant une personne sensible et un peu introvertie, j'ai tendance à absorber les chocs. Les conséquences sont souvent répercutées sur le physique.

Mais au fil des jours, la fatigue devenait de plus en plus importante. J'avais des symptômes grippaux, mes cheveux tombaient en masse, le moindre effort m'épuisait. En plus de cela,venait s'ajouter un état de dépression.

Ces symptômes sont difficilement associables à une activité d'indépendante. En plus d'être moralement au plus bas, les finances l'étaient également. La pression devenait énorme. J'avais l'impression de ne plus aimer ni mon métier, plus rien du tout. J'avais le sentiment d'être au bout de ma vie.

La fatigue était tellement importante que je m'endormai pendant les repas sur mes tartines. Incroyable! 

J'ai donc décidée de me diriger vers mon médecin. Ces symptômes de fatigue, je m'en plaignais depuis plusieurs années mais les prises de sang étaient toujours selon eux normales. La thyroïde était toujours un peu juste mais rien qui ne nécessitait la prise d'un médicament pour la réguler.

Cette fois, ce fût différent. La prise de sang revenu avec un point d'attention sur la thyroïde et mis en avant également une réaction inflammatoire dans mon sang. La CRP était apparemment  en constante évolution depuis 2013 mais personne ne s'en inquiétait.

Le médecin m'envoya donc dans un premier temps faire une radio de la glande thyroïde qui révela la présence d'un gloître. J'ai par la suite consulté un endocrynologue qui m'a mise sous traitement. Mon état psychologique était liée à cette petite glande. Je n'en revenais pas. Par contre, elle pointa à mon médecin que ma fatigue était trop importante pour avoir comme seul lien celle-ci.

J'ai pris le traitement et quelques semaines plus tard, enfin, ENFIN, le bonheur. Je retrouvais mon corps, mes facultés, le plaisir de travailler, je recommançais à être moi.

Quelques mois plus tard, je fis un contrôle par une prise de sang. J'étais beaucoup mieux. mais il y avait toujours cette fatigue en moi. Un petit réajustement de traitement et c'était reparti. Ma CRP et une réaction inflammatoire était de nouveau en hausse. Enfin, un nouveau médecin de l'équipe y pretta attention. On m'envoya faire une radio du thorax, des analyses pour les rhumatismes,... Enfin tout était parfait.

J'étais dans la plus grosse période pour mon activité. J'essayais de rattraper la catastrophe économique des derniers mois. Je n'avais plus le temps et le choix d'y penser. Les mois passent. La fatigue est toujours présente mais ne m'empêche pas d'avancer.

En juin 2017, tout me rattrape. Je commence à me sentir épuisée. Rattrapée par mes anciens démons. Je me suis dit que le traitement de la thyroïde devait être sans doute augmenté. Avant d'aller chez le médecin, j'ai visualisé un reportage sur la maladie de Lyme et bizarrement, je me suis vraiment reconnue dans ces symptômes. Lors de mon rendez-vous, j'ai demandé de le rajouter à l'analyse et bim! Western blot positif. La glande thyroïde quant à elle était parfaitement régulée. La CRP était à nouveau en hausse. Une réaction inflammatoire était là quelque part dans mon corps.

Pour la Borélia, mon médecin m'a donné un traitement de 3 semaines de Doxyciclyne. Je me suis exécutée même si je n'étais franchement pas convaincue des possibles résultats.

 

Je viens de finir mon traitement et c'est une catastrophe. Je suis épuissée. Mes mains tremblent, j'ai du sang dans les selles, j'ai une tendance aux idées noirs, faire mon boulot me demande un effort considérable pour respecter les délais, je n'ai envie de voir personne et pourtant tellement besoin d'en parler. Economiquement, c'est une catastrope. Mes comptes n'ont jamais été aussi vides. J'ai peur.

Je suis allée faire ma prise de sang de contrôle pour la borélia et j'ai littéralement éclaté en sanglots car je suis à bout. J'ai besoin de retrouvé mon "moi". Il est là mais mes yeux et mon corps ne le reflettent plus.

Après avoir lu plusieurs articles et autres réactions à propos du sujet, je me sentais un peu seule.

Tu es suivie médicalement et tu te sens seule?? Oui, en 2017 et depuis quelques temps, j'ai peur que la médecin ne soit plus vraiment au service de la santé. Les laboratoires, les groupes pharmaceutiques n'ont pas vraiment d'interêt à nous guérrir. Notre santé est côté en bourse. et quel est le principe d'un société en bourse?... Faire fructifier son capital, rapporter de l'argent à ses actionnaires,... A t'elle donc un interêt à guérir les gens? J'ai franchement un doute.

Et que dire d'un médecin qui me tend un boîte mouchoir sponsorisé par une marque de médicament quand je pleure d'épuissement? C'est trop tard, ils sont corrompus! Pourtant, ils sont là. Remplis de connaissances et d'expériences. Qu'est ce qui les empêche d'ouvrir les yeux? Ils connaissent le corps humain, son fonctionnement. Alors pourquoi? Pourquoi me dit-il que tout le monde n'est pas d'accord sur le Lyme? Si il y a un doute, pourquoi ne pas remettre en question ce doute et rester sur ses positions? Le plus triste est d'entendre ces mots venir d'un jeune médecin.

Le syndrôme inflammatoire est vraiment pris en considération cette fois. C'est, selon eux, la raison de mon épuisement. Ils m'envoient donc consulter un interniste.

En conclusion, je ne sais pas ce qu'il se passe dans mon corps mais il y a quelque chose qui a un impact immense sur ma vie. J'ai besoin d'en reprendre le contrôle. Je ne sais pas si la médecine "moderne" arrivera à remettre de l'odre dans mon corps. j'attends.